fbpx

Quand des Normands se lancent le défi de relocaliser le lin bio !

 

Paul Boyer, directeur général de LINportant, et Morgane Ermeneux, responsable commerciale et marketing. ©LINportant

28/04/2020

Près de Caen, une nouvelle coopérative est bien décidée à réinventer l’industrie du textile en lançant la première usine de fabrication industrielle de tee-shirts en lin bio et local.

C’est à Évrecy, en Normandie, que l’usine de la coopérative de fabrication locale de tee-shirts en lin baptisée “LINportant” devrait s’implanter dans les prochains mois. Une équipe y travaille plus globalement à la mise en place d’un un outil industriel visant à relocaliser la filière du lin bio dans la région.

“Je travaille dans la mode éthique depuis longtemps : quand j’ai déménagé en Normandie, j’ai découvert la culture agricole du lin et je suis tombé encore plus amoureux de cette matière que je ne l’étais, raconte Paul Boyer, directeur général de LINportant. J’ai rejoint l’association ‘Lin et Chanvre bio’, qui souhaitait alors constituer une filière pour que les agriculteurs qui faisaient traditionnellement du lin dans leur exploitation et souhaitaient se tourner vers l’agriculture bio puissent trouver un débouché pour le lin certifié bio. Progressivement, j’ai pris conscience de l’absurdité de la situation où un agriculteur normand produit du lin mais n’a aucune visibilité sur sa destination. En fait, son lin part à 90 % en Asie. Le fait qu’il n’y ait plus de transformation locale était de plus en plus choquant.”

L’association ‘Lin et Chanvre bio’ a, dans ce contexte, créé un lieu où peuvent se rencontrer tous les acteurs de l’amont jusqu’à l’aval. “C’est extraordinaire de pouvoir donner du sens à un vêtement en maîtrisant toute la filière, précise Paul Boyer. Mais dans cette filière, nous avions un trou sur la transformation industrielle. Vu que la demande pour le bio et le local se rejoint au moins en termes de population concernée, c’était intéressant de construire quelque chose autour de cela. En tricotage, ça manquait d’acteurs : après une étude de faisabilité, j’ai décidé de lancer LINportant pour faire non pas une marque, mais un fabricant qui puisse, avec des tee-shirts, représenter rapidement des volumes significatifs. Cela permet de constituer une brique pour la filière.”

C’est un projet pour que des grandes marques puissent avoir une fabrication bio, locale, à un prix qui rentre dans leur modèle économique.

Revaloriser la filière

La Société Coopérative d’Intérêt Collectif LINportant s’est ainsi formée avec un peu plus de soixante coopérateurs représentant tous les acteurs du milieu. Le but étant de créer un outil au service de la filière du lin et du lin bio plus significativement, “pour la renforcer, pour lui donner des débouchés locaux, pérennes et transparents”. “C’est un projet pour que des grandes marques puissent avoir une fabrication bio, locale, à un prix qui rentre dans leur modèle économique”, précise le directeur général.

Derrière cette initiative, l’équipe de LINportant souhaite par ailleurs éveiller les consciences dans l’industrie de la mode, un secteur très polluant : le lin est un basique indispensable, souple, pratique et confortable, sain pour la peau et l’environnement. “C’est une matière naturelle que la nature est capable de recycler et c’est la seule fibre locale en France, disponible en quantité industrielle : on a 100 000 tonnes de lin chaque année issues des champs de France, fait remarquer Paul Boyer. Le lin est une culture très sensible qui nécessite un sol très profond et d’une très bonne qualité de terre, et aussi un climat très tempéré. C’est pour cela que la Normandie est le meilleur endroit au monde pour faire du lin, ajoute-t-il. Sur ces très bonnes terres, l’agriculture bio a du retard.” La coopérative compte ainsi non seulement contribuer à relocaliser la filière de transformation du lin, mais également encourager la conversion à l’agriculture bio dans la région.

Plus on est nombreux à participer à cette campagne et à soutenir la création de ce projet, plus on envoie un signal très fort aux financeurs qui vont voir qu’il y a un marché, mais aussi aux marques, qui constatent également la demande des clients, et aux acteurs de la filière !

Dernière ligne droite pour soutenir le projet

Pour financer ce projet, l’équipe de LINportant a lancé une campagne sur Ulule, à laquelle il est possible de contribuer à partir de 35 €, jusqu’au 7 mai. Actuellement, 3000 préventes ont déjà été recensées sur un objectif de 100. Mais 8000 contributions supplémentaires sont nécessaires (en contrepartie d’un certain nombre de tee-shirts, selon le montant) afin de pouvoir ouvrir la totalité de la manufacture et de permettre à l’équipe d’être autonome. “Plus on est nombreux à participer à cette campagne et à soutenir la création de ce projet, plus on envoie un signal très fort aux financeurs qui vont voir qu’il y a un marché, mais aussi aux marques, qui constatent également la demande des clients, et aux acteurs de la filière !”, remarque Paul Boyer.

Le projet est aujourd’hui pensé pour une capacité de 100 000 tee-shirts par an, soit 20 tonnes de lin et une douzaine d’emplois.

pastedGraphic.png

              ©campagne Ulule LINportant

LINportant veut construire l’industrie du lin de demain

La Normandie, leader de la production de lin textile mondial, produit 80 % du lin textile européen et 50 % du lin mondial. — Photo : © LINportant


À l’heure où on parle de relocaliser les industries textiles en France, une nouvelle start-up, LINportant, se positionne sur ce créneau porteur et ambitionne de créer une usine de fabrication industrielle de T-shirt en lin bio, à Evrecy, à quelques kilomètres de Caen. Avec une priorité : consacrer sa première chaîne de production à la confection de masques en lin lavables et participer ainsi au mouvement d’entraide de la filière textile.

Créée sous forme de société coopérative, LINportant a lancé, le 23 mars dernier, une campagne de financement participatif sur le site Ulule afin de réunir des fonds et de lancer le démarrage de l’usine aussi vite que possible. Plus de 3 000 pré-ventes ont déjà été enregistrées via le crowfunding. « Cela va nous permettre d’acheter des machines industrielles, de lancer la production, et d’embaucher d’ores et déjà trois couturières », explique Morgane Ermeneux, responsable commerciale et marketing, à l’origine du projet avec Paul Boyer, directeur général de la société. L’investissement initial de 270 000 euros sera complété, au fur et à mesure, jusqu’à 420 000 euros. « Le plan de financement, en plus du crowfunding et des fonds propres, prévoit le recours à des émissions de titres participatifs, des prêts institutionnels et bancaires et des subventions. Notre besoin total de financement pour les trois premières années est de l’ordre de 1 million d’euros », confirme Morgane Ermeneux.

Création de 12 emplois

La start-up s’appuie sur un collectif très large associant tous les types d’acteurs du territoire et de la filière, depuis l’agriculture jusqu’à la distribution de mode en passant par les industriels, et la société civile. Avec un impératif : privilégier le circuit court de proximité et les emplois locaux. « Notre objectif est de relocaliser, en Normandie, une usine de production industrielle de textile en lin biologique qui fera appel à une technique de tricotage à façon sur métier circulaire et labellisée. À terme, l’usine pourra employer une douzaine de personnes », confirme Morgane Ermeneux. Les T-shirts fabriqués par LINportant seront distribués soit via un modèle à façon (cahier des charges fourni par la marque elle-même), soit en marque blanche. L’usine proposera un showroom, ouvert au public, dédié au lin et aux techniques de filature.

La Normandie, leader de la production de lin textile mondial, produit 80 % du lin textile européen et 50 % du lin mondial, transformé pour l’essentiel en Asie. L’implantation d’une usine de production de textile en lin, localisée sur le territoire normand, annonce peut-être le début d’un mouvement inverse…

Retour vers le futur du lin

 

Mondialisation oblige, la majorité du lin cultivé sous nos latitudes part se faire filer en Chine pour nous revenir sous forme de chemises et de pantalons. Mais une nouvelle génération d’entreprises, se revendiquant d’une mode éthique, nage contre le courant. Dans le lot, une jeune société coopérative du nom de LINportant. À la manœuvre, un groupe de convaincus emmené par un ingénieur des mines toulousain tombé amoureux du bocage normand… et de la plante à fleur bleue. Paul Boyer est aussi l’un des fondateurs de l’association Lin et Chanvre bio.

Avec la complicité de teilleurs et de liniculteurs, l’intéressé se fait fort d’installer à Evrecy, dans la banlieue caennaise, la première usine française de fabrication industrielle de tee-shirts en lin biologique. Le tout à partir d’une fibre cultivée à quelques kilomètres à la ronde.

Nota : Seule entorse au parti-pris du 100 % local, le filage qui sera réalisé, pour l’instant, dans l’usine polonaise du groupe nordiste Safilin faute d’installations ad hoc sur le territoire français. En attendant peut-être la relocalisation d’une filature au pied des champs ? Il est permis de rêver.

Le pari de la relocalisation

Le projet résonne avec l’actualité, souligne sa porte-parole, Morgane Ermeneux, ancienne cadre de Décathlon. « La transformation de l’industrie textile passera par la relocalisation de la production. Nous prenons le pari que les consommateurs adhéreront de plus en plus à ces préceptes à plus forte raison après la crise du Covid ».

Le joli succès de la campagne de financement lancé par la SCIC* sur la plateforme Ulule semble lui donner raison avec pas loin d’un millier de préventes. Elle sera complétée par l’émission de titres participatifs et sans doute quelques aides publiques en cours d’instruction. Montant recherché : environ 300 000 euros. Une fois les fonds réunis, la fabrique devrait être en capacité de produire entre 100 000 et 400 000 pièces par an en usant d’un procédé de tricotage industriel à façon «garant de la souplesse du tissu». À la clef, la création d’une douzaine d’emplois. Séduisant.

Nota : LINportant espère se lancer dans les prochaines semaines avec la fabrication de masques en lin. Là aussi, c’est dans l’air du temps.

*Société coopérative d’intérêt collectif

 

LINportant repense l’industrie du textile de demain et lance une usine de fabrication de T-shirts en Lin bio en Normandie

 

Tout le monde le sait : l’industrie de la mode est l’une des moins éthiques au monde, tant au niveau environnemental que social.

Mais la situation est en train de changer en profondeur, grâce à l’arrivée de nouveaux acteurs bien décidés à casser les codes et à réinventer l’industrie du textile.

De nouvelles marques bousculent les lignes, portées par de jeunes créateurs engagés. Les grandes enseignes elles-mêmes commencent à développer des lignes de produits en accord avec les valeurs de la “slow fashion”.

Mais pour accélérer cette transformation, et démocratiser l’accès aux vêtements éthiques, il est important de relocaliser la production en France.

D’où la révolution LINportant, la première usine de fabrication industrielle de T-shirts en Lin bio située en Normandie, à Evrecy.

LINportant, c’est un outil industriel “nouvelle génération”, ambassadeur de l’industrie textile de demain, qui redonne du sens à la fabrication de vêtements à grande échelle. Avec un objectif : permettre à chacun de s’habiller en cohérence avec ses valeurs de citoyen éco-responsable.

20200403054206-p1-document-afbk

Respecter l’environnement et les hommes, dans l’industrie du textile (habillement)

LINportant fabrique des T-shirts en fibres textiles biologiques et locales, principalement en lin bio avec la volonté de :

RELOCALISER en Normandie, une usine de production industrielle de textile en lin biologique.

Le lin est en effet la seule fibre textile végétale originaire d’Europe et la Normandie est leader mondial de la production de lin textile. Elle génère à elle seule 80 % du lin textile européen et 50% du lin mondial, transformé pour l’essentiel en Asie.

LINportant agit pour relocaliser le processus de transformation de la matière première jusqu’à la fabrication du vêtement fini. L’usine fait aussi le pari de la qualité en utilisant une technique de tricotage à façon sur métier circulaire et labellisée GOTS (Global Organic Textile Standard).

LinBio-20

Crédit photo : Rodolphe Murie “Désherbage mécaniquement du lin bio”

CONSTRUIRE une filière locale de valorisation du lin bio textile, en accompagnant l’accélération à la conversion à l’agriculture biologique des bassins liniers.

Autour de ce projet, c’est ainsi tout un écosystème qui se fédère ! Agriculteurs, Teilleurs, Filateurs, Association Lin et Chanvre bio, CELC (Confédération Européenne du Lin et du Chanvre), Les marques… Et tout citoyen qui a envie d’AGIR pour s’engager dans une mode Ethique & responsable.

CONTRIBUER à une mode éthique écoresponsable, avec la labellisation GOTS et l’origine France Garantie.

Le Lin Bio n’a besoin d’aucun produit phytosanitaire ni d’irrigation. Il stocke le CO2 atmosphérique. Ses déchets, paille et racines, sont tous utilisables et valorisés dans la papeterie (…) automobile. La fibre de lin est légère, biodégradable, résistante, naturellement antibactérienne, antifongique et hypoallergénique. On lui confère des propriétés thermorégulatrices, ce qui fait d’elle le textile idéal à porter en toutes saisons.

LINportant travaille aussi en circuits courts de proximité, ce qui limite les transports et donc la pollution.

Morgane Ermeneux, Responsable communication, souligne :

Nous voulons que les acteurs de la Mode puissent sourcer une partie de leurs collections dans le respect des valeurs de l’économie sociale et solidaire.

Les (grands) petits plus de LINportant

CA6I7210

  • un circuit court de proximité unique dans le textile : cultivé et fabriqué en France par des acteurs locaux ;
  • la fibre la plus écologique de la terre à la terre ;
  • la valorisation des savoir-faire de l’agriculture bio ;
  • une transformation écologique et éthique ;
  • la certification GOTS, garantissant qu’il s’agit de textile biologique ;
  • un produit entièrement compostable (zéro plastique) ;
  • une coopérative d’intérêt collectif, pour un modèle économique et sociale responsable et solidaire.

Des valeurs fédératrices plébiscitées par les citoyens

Pour financer les travaux de l’usine en Normandie et se faire connaître auprès des acteurs professionnels (marques de prêt-à-porter, entreprises éco-responsables), LINportant a lancé une campagne sur Ulule : https://fr.ulule.com/linportant/

L’engouement du grand public a été immédiat ! En 15 jours à peine, le projet a été financé à 500%. Et quelques jours plus tard, il a franchi de cap des 700%…

ulule

Voici un florilège des messages de soutien des nombreux contributeurs :

Lucie : “Très enthousiaste à l’idée de ce projet ! Je suis d’origine normande et adore les champs de lin du pays de Caux. J’apprécie aussi énormément cette matière pour les vêtements mais également la literie. Bonne chance !”

Jean-Michel : “super votre truc ! j’y crois à fond ! “tout est bien dans le lin” (variante de “tout est bon dans le cochon” :-)…
Ça fait déjà pas mal de temps qu’un de mes fils (maraîcher bio) me vante les mérites de cette plante magique qu’est le lin ! vous tombez donc à point (et c’est mon autre fils qui m’a recommandé votre site pour son cadeau d’anniversaire 🙂 Les filles vont suivre, c’est sûr !”

Axelle : “Bravo pour cette initiative, je soutiens à 100% ! Des T-shirts français du champ au produit fini, c’est génial ! Et pour plus tard, pourquoi pas des robes, jupes, pantalons… Pour qu’on puisse s’habiller 100% français et écolo ? :D”

Simon : “Bravo pour ce magnifique projet. Il démontre par l’exemple l’urgence à inventer une nouvelle économie territoriale basée sur la coopération, à même de lutter contre les écueils du modèle économique industriel : concentration des acteurs et des outils de transformation, simplification des systèmes agricoles, spécialisation des territoires. Bravo !”

Un placement rentable pour les investisseurs

Pour compléter le financement privé du projet, LINportant va émettre des titres participatifs.

Ils seront assortis :

  • d’une rémunération de 5% versée annuellement,
  • et d’une prime de remboursement de 50% versée à la sortie au bout de 7 ans.

L’aventure LINportant est particulièrement porteuse. Ce futur acteur incontournable de l’industrie textile dispose en effet d’un très fort potentiel de croissance.

Morgane Ermeneux précise :

Nous nous sommes fixés à court terme des objectifs raisonnables : la fabrication de 100 000 T-shirts par an et la création de 12 emplois. Mais ce n’est qu’un début ! Le marché du T-shirts représente des centaines de millions de pièces rien que pour la France…

Le marché du T-shirt représente en effet un volume mondial 170 000 fois supérieur (3000 fois pour la France seule) et il emploie directement plus d’un million de salariés.

À propos de la Dream Team de LINportant

CA6I8565

Paul Boyer et Morgane Ermeneux

Paul Boyer, Fondateur et Directeur Général

Ingénieur Civil des Mines, avec plus de 20 ans d’expérience, Paul Boyer crée avec LINportant sa cinquième entreprise en Europe. Marié et père de 4 enfants, Paul est très engagé dans l’Economie Sociale et Solidaire en Normandie, notamment au sein de Normandie Equitable.

Depuis 2003, il est un des pionniers de la mode éthique en France.

Paul Boyer

Paul Boyer est tombé amoureux du lin en s’installant dans la campagne de Normandie, où il participe naturellement à la création de l’association Lin et Chanvre Bio (dont il est toujours vice-président) en 2012 à l’initiative de quelques pionniers.

Alors que la filière se met en place et accélère son développement, il prend conscience de la nécessité de développer une filière de transformation locale capable de valoriser cette fibre extraordinaire sur le territoire plutôt que de la destiner à l’export en Asie.

Constatant la demande formidable pour une maille de lin bio et locale, il lance en 2017 une association “Pour une Coopérative Textile Bio en Normandie” pour étudier la faisabilité d’une unité de fabrication d’articles en maille, sur le territoire normand.

Après 2 années de préparation du projet, la faisabilité est démontrée, et l’association est transformée en novembre 2019, en Société Coopérative d’Intérêt Collectif, associant plus de 60 coopérateurs qui apportent leur soutien au projet renommé LINportant.

Morgane Ermeneux, Responsable commerciale, communication & marketing

Morgane Ermeneux

Morgane Ermeneux a exercé durant 10 ans dans le développement commercial, marketing et événementiel.

Elle a débuté sa carrière “à fond la forme” chez Décathlon en tant que manager et responsable du personnel, puis s’est spécialisée dans la gestion de projet au sein du Rétro Festival de Caen.

L’entrepreneuriat lui faisant de l’oeil, elle a été Co-fondatrice de l’entreprise Vinaddict puis alternativement chef de projet, business développer pour finir dans le management de transition.

Petite, elle voulait être styliste et créer sa marque de vêtements, c’est pourquoi le projet LINportant est apparu comme une évidence.

Myriam Conzett, Présidente du Conseil d’Administration

Myriam Conzett

Myriam Conzett est Consultante et Accompagnatrice dédiée depuis plus de 20 ans à l’essor d’une économie alternative et responsable pour un développement durable humain.

Depuis toujours, Myriam est au service des créateurs, designers et métiers d’art, mais aussi des territoires et des entreprises.

Formatrice, coach et consultante, elle a dirigé le développement d’une des premières marque de la mode éthique en France, avant de soutenir la création de nombreux projets ESS en Régions Bretagne, Normandie et Paris de 2007 à aujourd’hui.

Elle a co-fondé en 2012 l’actuel cabinet conseil “Atelier Compétences Internationales” qu’elle dirige aujourd’hui.

Pendant ce temps, en Normandie, on ouvre une usine de Tshirts en lin

 

C’est une tradition ancestrale en Bretagne et en Normandie : cette région est aujourd’hui leader mondial de la production de lin.   Elle génère à elle seule 80 % du lin textile européen et 50% du lin mondial, transformé pour l’essentiel en Asie. Il semble que la filière locale se structure, avec l’annonce de nouvelles usines de fabrication textile, comme par exemple LINPORTANT, nouveau fabricant de tshirts en lin biologique.

Cette usine financée en grande partie par le succès d’une campagne de financement participatif a fait   le pari de la qualité en utilisant une technique de tricotage à façon sur métier circulaire et labellisée GOTS (Global Organic Textile Standard).

Un placement rentable pour les investisseurs

Pour compléter le financement privé du projet, LINportant va émettre des titres participatifs.

Ils seront assortis :

  • d’une rémunération de 5% versée annuellement,
  • et d’une prime de remboursement de 50% versée à la sortie au bout de 7 ans.

L’aventure LINportant est particulièrement porteuse. Ce futur acteur incontournable de l’industrie textile dispose en effet d’un très fort potentiel de croissance.

Morgane Ermeneux, Responsable communication, précise :

« Nous nous sommes fixés à court terme des objectifs raisonnables : la fabrication de 100 000 T-shirts par an et la création de 12 emplois. Mais ce n’est qu’un début ! Le marché du T-shirts représente des centaines de millions de pièces rien que pour la France… »

Le marché du T-shirt représente en effet un volume mondial 170 000 fois supérieur (3000 fois pour la France seule) et il emploie directement plus d’un million de salariés.