fbpx
Agriculture

1. La culture du lin

La première étape de la filière est l’agriculture du lin, ou liniculture. Le bassin linier s’étend sur une large bande côtière de Caen à Amsterdam. Le lin textile y est cultivé sur plus de 100.000 hectares chaque année, en rotation avec d’autres cultures (céréales -dont blé-, légumes -dont pomme de terre-, fourrages, etc.)

Agriculture

Les 3 règles d’or en bio: La rotation, la rotation et la rotation

La monoculture est inconnue à l’état sauvage. Cultiver une seule plante sur une parcelle crée des déséquilibres qu’il faut compenser en alternant sur un même sol des cultures différentes dans une “rotation” la  plus longue possible. Le lin textile se conduit en agriculture bio sur des rotations de de 7 à 9 ans.

La plus grande difficulté de la culture du lin tient à la limitation des adventices (“mauvaises herbes”), il faut donc placer le lin dans la rotation après une culture “nettoyante” capable d’étouffer les mauvaises herbes, comme la luzerne conduite typiquement 2 ans de suite. Celle-ci apportant trop d’azote pour le lin, on place généralement une culture de blé, avant d’implanter le lin derrière ce “blé de luzerne”.

Après le lin, on pourra faire une céréale comme du blé dont le rendement sera nettement amélioré grâce au travail du sol réalisé par le lin

Sol profond, climat tempéré

Le lin textile développe une tige rectiligne d’environ un mètre. Il a besoin d’un sol très profond pour lui permettre de développer harmonieusement son système racinaire également rectiligne. Chaque difficulté de la racine à se développer en profondeur causera une irrégularité dans la croissance de la fibre. Les beaux lins poussent sur les plus belles terres agricoles du bassin linier, au sol profond et homogène !

De la même façon, le lin textile a besoin d’un climat tempéré le plus régulier possible tout au long de sa croissance, chaque période de stress (excès de vent, sécheresse, froid, chaleur…) provocant une croissance irrégulière de la fibre.

La régularité d’un fil de lin dépend de la régularité du sol et du climat sur les 100 jours de croissance de la fibre. Plus le climat de avril à juillet est régulier, plus le fil de lin sera fin et régulier !

La préparation du sol: Très fin, mais pas trop

La préparation du sol est une des clés de la conduite du lin textile, tant la qualité de la levée va conditionner la réussite de la culture.

Chaque agriculteur, en fonction de son sol, de ses outils, de son savoir-faire, des précédentes cultures dans la rotation et des conditions météo, chaque fois différentes, va s’adapter afin de préparer le sol pour recevoir le semis et offrir à chacune des graines de lin les meilleures conditions de levée.

Le sol doit être travaillé assez fin pour offrir une structure très homogène, mais pas trop pour éviter la battance (création d’une croûte hermétique par une pluie sur un sol trop fin) qui gênerait la levée.

Le choix de la variété pour le semis

Chaque variété de lin textile a diverses caractéristiques. Les semenciers français ont développé au cours des dernières décennies des variétés toujours plus riches en fibres longues, à la levée rapide et tolérantes à la plupart des maladies courantes.

En agriculture bio, les semences utilisées sont issues des mêmes variétés qu’en agriculture conventionnelles. La variété la plus utilisée en lin textile bio est sans doute “Bolchoï”, variété récente (2014) développée pour offrir une bonne résistance à l’oidium, la fusariose et la brûlure.

Le semis est fait avec une forte densité, proche de 2400 graines par m2 pour un objectif de 2000 pieds après un ou deux désherbages mécaniques.

Le désherbage mécanique (en bio)

Si la limitation des adventices est principalement obtenue de manière préventive par le placement en début de rotation après une culture nettoyante (typiquement 2 ans de luzerne), il est possible d’intervenir après la levée.

En agriculture bio, aucun herbicide n’est autorisé, mais divers outils mécanique ont été développés, comme la herse étrille qui permet, lorsqu’elle est passée au bon moment, de détruire environ 50% des adventices et 10% des pieds de lin.

On peut voir son action sur les photos ci-contre